Guilde rp commerçante sur le serveur Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Voyage en Pandarie - Récit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maureen Beauchamp
Admin
avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 13/04/2015

MessageSujet: Voyage en Pandarie - Récit   Mer 6 Mai - 14:22

[05/05/35]

--> Départ à 14h du port de Hurlevent. La plupart des marchandises ont été chargées et le capitaine a mis le cap vers le Sud.

--> 21h, arrivée à Baie du Butin. Pendant qu'un groupe constitué de Leowys Clain, Philipps Deuillemort et Maureen Beauchamp partait acheter des vivres pour la suite du voyage, le reste de l'équipage constitué de Sybille Caswell, du Baron Arthur Delmark, du nain Gurthos, de la passagère Stellia et de Vertaliha Lamejuste sont partis se reposer à la taverne de la Baie.
Il semblerait que les négociations pour l'achat de vivre aient coupé court, et qu'à la taverne, les esprits se soient échauffés après avoir croisé trois orcs de mauvais poil.
Nos compagnons ont dont dû fuir la ville à toute vitesse, abandonnant les provisions sur place. Poursuivi par les Cogneurs, ils ont pris le large en direction des brumes qui entourent la Pandarie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aurumfaber.forumactif.org
Maureen Beauchamp
Admin
avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 13/04/2015

MessageSujet: Re: Voyage en Pandarie - Récit   Sam 9 Mai - 10:18

[06/05/35]

--> La nuit arrivant, le vent s'est levé sur la mer. Les bateaux craquaient, les voiles se gonflaient démesurément et vint un moment où l'on su ce qui allait arriver : la tempête, inévitable et dangereuse.
Alors que le Baron Delmark et son jeune frère Thaorm restaient sur le pont avec Leowys Clain pour aider les marins dans les manoeuvres, les autres passagers préférèrent se mettre à l'abri à l'intérieur du bateau. Ce qui s'avéra une erreur : la tempête fut si violente que plusieurs filins qui retenaient les caisses de ravitaillement lâchèrent, obligeant les sieurs Aldarion Leonus et le chevalier Strife a unir leurs efforts pour qu'elles ne tombent pas sur les autres passagers. L'une des caisses, contenant des explosifs, fut la plus dure à maintenir et demanda toute l'attention de deux chevaliers.
L'armoire à alcool, contenant le rhum, tomba violemment et les bouteilles se brisèrent au sol, répandant des milliers de tessons qui blessèrent plusieurs passagers, dont la jeune Vertaliha Lamejuste, qui ne du son salut qu'à la rapidité et le courage du sieur Leonus, manipulateur de Lumière.
La tempête passa, laissant le Galion fortement abîmé et plusieurs voiles déchirées, sans compter les passagers qui étaient tous à bout de force. Au vu de l'état des bâtiments, il fut décidé de se diriger vers une zone censée contenir plusieurs petites îles afin de trouver le bois nécessaire à la réparation, et des provisions.

[07/05/35]

--> Nos compagnons trouvèrent une île qu'aucune carte n'indiquait : le gros de l'équipage débarqua au nord afin de trouver un accès, et le Baron prit une petite escouade pour aller explorer l'île à l'ouest. La forme géographique de l'île, cuvette entourée de falaises immenses, était assez étonnante, mais la plus grande surprise pour nos navigateurs fut de faire face à une cohorte d'étranges créatures, à moitié murlocs mais d'une ossature plus large et plus costaude. Ceux-ci leur tombèrent dessus alors qu'ils installaient le camp, et même s'ils n'étaient équipés que de lances en bois et de piques, ils se montrèrent suffisamment vindicatifs pour que nos compagnons ne tentent pas une action risquée. Quand le Baron leur dit qu'ils venaient de la mer, les créatures, baptisées Gurlocs, réagirent étrangement : ils piaillèrent, hurlèrent de joie, vociférant que le Roi de la mer était enfin arrivé.
Force fut de les suivre jusqu'à leur village où ils enfermèrent l'équipage dans une cage. Et alors que nos aimables compagnons se voyaient déjà en mauvaise posture, le son d'un cor retentit au-dessus du village, et une nuée de créatures s'assimilant à des gnolls beaucoup plus petits et poilus (baptisés pour l'occasion Gnottons) assaillirent le village, entamant des combats fougueux et brutaux avec les Gurlocs.
Nos compagnons tentèrent de se sauver mais la décapitation d'un Gurlocs par le Sieur Leowys Clain mit aussitôt fin aux combats et tous se tournèrent vers l'équipage médusé. Nous ne dûmes notre vie sauve qu'au chef des Gurlocs qui hurla qu'il s'agissait du Roi de la mer et qu'il allait réaliser la prophétie. Il fut décidé alors que le Baron irait parlementer avec les Gurlocs et Gnottons (réunis pour l'occasion sous un but commun).
Il revint avec une étrange prophétie : l'île devait bientôt disparaître sous les flots, la cuvette se remplissant, et les Gurlocs demandaient le salut via les bateaux du Baron. Ce dernier accepta de les emmener à condition qu'ils aident l'équipage à réunir bois et vivres.

[08/05/35]

--> Un petit groupe constitué du Baron Delmark, du sieur Leowys Clain et de Maureen Beauchamp se rendit avec une dizaine de marins récupérer de l'eau fraîche un peu plus au sud du campement qu'ils avaient établi durant la journée. Les vivres s'accumulaient, plusieurs caisses avaient déjà été amenées sur le bateau, et les bateaux avaient été réparés. Il ne restait plus que l'eau, et en marchant, notre groupe fut une étonnante découverte. Des dizaines de caisses éventrées gisaient dans une zone humide, portant le symbole de la Horde de Vol'jin, et le cadavre d'un gobelin était accroché dans les branches via un parachute qui le maintenait en l'air. Il s'agissait du seul cadavre présent, et il était fort amoché : apparemment il avait allumé les fusées qu'il portait dans le dos pour partir dans les airs, oubliant les branches proches qui l'avaient maintenu, et de ce fait tué. Une telle précipitation, ainsi que le fait qu'il ne restait absolument aucun corps sur la zone, nous laissa supposer que les Gurlocs avaient attaqué ce groupe et qu'ils avaient vraisemblablement mangé les morts. Nous mîmes cela sur le compte de la violence de la Horde, qui avait dû les attaquer en premier.
En progressant, nous tombâmes sur une cuvette assez profonde où l'eau des multiples rivières de l'île tombait en cascades vertigineuses. L'eau s'y engouffrait et disparaissait comme s'il s'agissait d'un siphon naturel. Nulle trace d'une supposée montée des eaux, ce qui était assez étrange étant donné que la prophétie des Gurlocs indiquait clairement que l'île devait disparaître sous peu.
Nous descendîmes avec les marins qui commencèrent à remplir les tonneaux d'eau fraîche, pendant que nous allions explorer un campement en ruine un peu plus loin sur l'une des berges.
Il s'avéra être le campement de la ligue des explorateurs, et datait de quelques années. Beauchamp eut la chance de dénicher un journal de bord sous les décombres où elle y lut le récit mouvementé des derniers jours de l'équipage. Apparemment les Gurlocs leur avaient sorti la même histoire de Prophétie catastrophique, et avaient fini par les attaquer quand ils avaient tous débarqué sur l'île, dévorant les morts et tuant les vivants.
C'est alors qu'un coup de feu éclata et notre petit groupe remonta à toute vitesse vers le campement : au fur et à mesure qu'il se rapprochait, des bruits de bataille se faisaient entendre. Ils tombèrent sur une vision d'horreur : les Gurlocs, alliés aux Gnottons, attaquaient le campement humain en hurlant un "MIAM MIAM BOUJOUL" sinistre.
Nous leur vînmes en aide aussitôt et Leowys Clain réussit à tuer le chef des Gnottons en le décapitant vivement, ce qui ne freina pas pour autant ses sujets. Grimpés sur le dos de Dodos de guerre, ils mettaient à mal nos défenses et le courage des marins, bien que ragaillardis par le retour du Baron.
Ce dernier se trouva pris à parti par tout un groupe de Gurlocs bien décidés à dévorer le 'Roi de la Mer' et il ne dû sa survie qu'à son courage et sa force. Il sonna une retraite précipitée vers les navire et nous nous dépêchâmes de rejoindre les poulies situées sur les falaises, seul accès désormais à notre salut.
Si le Baron a pu s'en sortir, nous n'oublierons pas pour autant les nombreux marins tombés au combat, dont le corps ne connaîtra jamais une tombe digne d'eux.
Une fois sur les bateaux, nous reprîmes la route vers la Pandarie, épuisés, vermoulus et clairement las de tant d'aventures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aurumfaber.forumactif.org
 
Voyage en Pandarie - Récit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyage au bout du monde
» Voyage et Histoire n°1
» Descent, Voyage dans les Ténèbres
» Voyage au bout de la nuit (titre de Céline)-paroles du Baron
» Voyage d'un grain de sable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aurum Faber :: Vie de l'entreprise :: Evènements particuliers-
Sauter vers: